Interview de Albert Kiviasinpi, administrateur au CNONGD

Administrateur au CNONGD et responsable au CRONGD Bas Congo.
Administrateur au CNONGD et responsable au CRONGD Bas Congo.

Albert Kiviasinpi est administrateur au CNONGD, responsable du CRONGD (Bas-Congo) et également directeur du CEDEF. Nous l’avons rencontré ce dimanche afin qu’il nous explique le travail quotidien du CEDEF, une des ONGs membre du CNONGD et très active à Kisantu, dans la province du Bas-Congo.

Le CRONGDBas-Congo regroupe 32 ONGD locales avec un appui aux populations essentiellement axé sur la sécurité alimentaire et la recherche de solutions pour assurer et améliorer les revenus des ménages. Le CEDEF est le centre de développement familial. Il procure un ensemble de formations permanentes pour les techniciens en agroforesterie.

Les types de formations :

  1.  Formation de paysan simple. 12 mois pour les jeunes qui n’ont pas eu l’occasion d’étudier 1 jour par semaine.
    2.    Formation de fermier. 18 mois. Agriculture-éleveur. Technicien vulgarisateur.
    3.    Technicien en agroforesterie. 30 mois + un travail de fin d’étude.

68 candidats déjà diplômés. La majorité d’entre eux sont actuellement des gestionnaires et encadreurs de projets. Actuellement,  il y a 12 jeunes en fin de cycle. A côté de cela, il y a une cinquantaine  de sessions de formations annuelles ouvertes à un plus large public.

Le travail de l’association touche environ 2050 ménages regroupés en 50 villages (air de santé de Madimba, Sonabatta,…). Le revenu moyen par ménage dans la région est de 350$ par an (30 euros par mois). Actuellement, grâce à notre travail de soutien aux agriculteurs de la région, nous arrivons à un revenu annuel de 1900$ par an (160$ par mois). L’objectif serait d’atteindre 1$ par personne par jour pour acquérir une réelle souveraineté alimentaire. Sachant qu’une famille moyenne est composée de 6 personnes, il faudrait donc un revenu mensuel par famille de 180$.

Pour arriver à ce résultat exceptionnel, il faudrait arriver à améliorer l’ensemble des facteurs déterminants dans les productions locales (l’accès au savoir, l’écoulement des produits, la rentabilisation des terres arables, la collectivisation des ventes et l’individualisation des revenus)

Le CEDEF travaille essentiellement sur la formation permanente et la promotion de la paysannerie dans la région. Pour se faire, l’association publie un journal (15.000 à 20.000 exemplaires) destiné aux paysans et leur permettant une meilleures compréhension et maîtrise de leur profession.
Un champ école permet également l’accompagnement des paysans par le test-expérience et la pratique.
Par ailleurs, elle a mis à disposition plus de 850 ruches sur l’ensemble des 50 villages et elle a mis en place de petits marchés le long de la nationale afin d’aider à l’écoulement des productions ainsi qu’un centre de transformation des produits à Madimba centre.

Afin d’atteindre ses objectifs ambitieux, les agriculteurs s’organise par collectivités de 10 personnes.
Entre eux, ils organisent le travail de récolte et élaborent leur stratégie d’écoulement des produits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s