Nous, délégués des organisations membres du Conseil National des Organisations
Non gouvernementales de Développement de la RDC, en sigle CNONGD, venus des 11
provinces de la RDC pour participer au colloque national sur la décentralisation et les
défis de l’effectivité des droits économiques, sociaux et culturels (DESC) dans les ETD,
tenu au centre catholique Liloba, commune de Lemba à Kinshasa, en date du 15 décembre
2014,

Considérant que la paix est un Droit humain inaliénable et un facteur déterminant
pour le développement local ;

Ayant suivi avec consternation les témoignages accablants sur la situation désolante
caractérisée notamment par des massacres, des enlèvements, des viols, des déplacements
massifs des populations; situation qui crée en elles une psychose générale sous l’oeil
impuissant des autorités locales, provinciales, nationales, sous régionales et de la
communauté internationale;

Considérant le caractère sacro-saint de la vie humaine garantie par les instruments
juridiques internationaux ratifiés par la RDC et consacrés dans la constitution ;

Manifestons notre compassion à la population meurtrie et condamnons avec la dernière
énergie les violations perpétrées à BENI ville et territoire dans la province du nord Kivu;

Nous engageons à mobiliser les OSC et nos partenaires en vue de mener un plaidoyer
commun en faveur de la restauration d’une paix durable

Demandons :
I. Au Gouvernement congolais
– D’user de son pouvoir régalien en vue de sécuriser les populations de BENI et leurs biens;
– D’équiper suffisamment les forces armées et les motiver par une prise en charge adéquate;
– De sanctionner tous ceux qui se rendent coupables des crimes ci-haut cités;
– De sécuriser les frontières et d’arrêter les nouvelles migrations des populations dans les zones
concernées.

II. Aux forces armées
– De travailler avec patriotisme, professionnalisme, discipline et de ne pas céder aux influences
politiciennes;
– De renoncer à toute forme de corruption;
– De protéger l’intégrité territoriale et combattre énergétiquement toutes les forces négatives.

III. A la MONUSCO
– De respecter ses engagements pris dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Accord Cadre
d’Addis-Abeba, spécialement dans la sécurisation de la population civile.
IV. Aux groupes armés nationaux
– De déposer les armes et de rejoindre le processus de DDRRR.
RRV. Aux chefs traditionnels
– De rester impartiaux et apolitiques comme l’Eglise au milieu du village et symboles d’unité,
de paix et de réconciliation légendaire ;
– De préserver le climat de paix reconnu au peuple de Béni quelles que soient les menaces et
les violences d’où qu’elles viennent ;
– De s’investir dans les activités de développement local de leurs entités respectives ;

VI. La population
– De dire non à toutes formes de violences et de demeurer solidaire;
– De demeurer vigilante et de ne pas céder aux manipulations politiciennes ;
– De prendre conscience de ses devoirs citoyens en dénonçant régulièrement les suspects qui
se trouveraient dans leur territoire ;
– D’exiger des comptes aux élus chaque fois qu’ils viennent en vacances parlementaires.

VII. A la Société Civile
– De jouer son rôle de catalyseur en menant des actions de monitoring, de plaidoyer et
lobbying auprès des décideurs en faveur de la population;
– De mener des actions de sensibilisation de la population pour dissiper sa peur et cultiver en
elle un esprit de solidarité, de patriotisme et de civisme.
Ainsi fait à Kinshasa, le 15 décembre 2014
LES SIGNATAIRES

 

Publicités